Astuces et conseils

Nos astuces et conseils

CONSEILS EN OR DE NATUREN

Naturen donne quelques conseils en or dans 6 vidéos d'instruction que vous pouvez regarder ici:

Arrosez mieux, arrosez moins !

On le sait, l’eau n’est pas inépuisable : les risques de pénurie existent de manière locale et saisonnière. Alors nous aussi jardiniers, nous pouvons mettre en place des solutions simples et efficaces pour réduire nos arrosages :

  • Pailler les massifs et le potager pour éviter l’évaporation.
  • Utiliser des arrosages au goutte à goutte et des programmateurs.
  • Récupérer l’eau de pluie dans un récupérateur d’eau.
  • Ne pas tondre le gazon trop court pour qu’il soit plus résistant à la sécheresse.
  • Privilégier les plantes qui se contentent d’un arrosage faible : lavande, joubarbe, genêt, sarcococca …
  • Planter au bon moment : il vaut mieux planter arbres et arbustes en automne, ils auront le temps de développer des racines avant le printemps pour leur permettre de puiser l’eau.

On fait tourner les légumes

Si votre potager fait plus d’1 m², il convient d’établir un plan de culture, selon lequel vous déplacerez vos légumes d’un carré chaque année.

Vous pouvez travailler avec quatre ou huit carrés, du moment que vous veillez à planter ensemble les légumes d’une même famille : les cosses (pois, haricots, haricots verts), les « gourmands » qui réclament beaucoup d’engrais (pommes de terre, concombres, courgettes, potirons, tomates), les tubercules (carottes, panais, betteraves rouges, céleris raves, oignons) et les choux et légumes à feuilles (choux, brocolis, choux chinois, radis, poireaux, salades, épinards). La rotation est un moyen simple et efficace de préserver votre potager des maladies.

L’association de certains légumes est également un bon moyen de limiter l’invasion d’insectes ravageurs : par exemple l’association poireaux/carottes permet de lutter contre la mouche de la carotte et le ver du poireau.

Invitez la nature

Pendant l’hiver, on ne peut pas faire grand-chose dans le potager. Mais en attendant que la météo s’améliore, rien ne nous empêche de penser à la nature !

Chouchoutez les oiseaux (eux aussi souffrent du froid et du gel) en plaçant dans votre jardin des cacahuètes, des boules de graisse et des mélanges de graines. Suspendez des nichoirs pour les mésanges charbonnières, celles-ci vous débarrasseront des chenilles. Forez de petits trous dans des blocs de bois pour attirer les abeilles solitaires et semez des fleurs mellifères dans votre serre (elles produisent du nectar, substance liquide très sucrée récoltée par les insectes butineurs et les oiseaux nectarivores) : plus tard, cela favorisera fortement la pollinisation de vos fruits et légumes. Remplissez de foin quelques pots de fleurs et suspendez-les la tête en bas pour les perce-oreilles, qui se régaleront des pucerons.

Des légumes sur votre balcon, c’est possible !

Des pommes de terre dans un sac en plastique, des tomates dans un vieux bac à fleurs, des courgettes dans un tonneau : de nombreux légumes peuvent pousser sans problème sur votre terrasse ou votre balcon.

Il ne faut pas plus qu’un morceau de tuyau creux, une vieille caisse de bouteilles de vin ou un seau inutilisable. Veillez simplement à ce que l’eau excédentaire puisse s’évacuer (par exemple en perforant quelques trous dans le bas), plantez dans du terreau organique et arrosez régulièrement. Ajoutez un peu d’engrais organique à l’eau d’arrosage toutes les deux semaines et vos premiers légumes « bio » ne tarderont pas à arriver dans votre assiette !

bladluizen

Au secours, pucerons en vue !

Au printemps, les pucerons sont de retour (en masse !). Si ce n’est pas le cas chez vous, cela signifie que de nombreuses mésanges charbonnières et coccinelles assurent un bel équilibre biologique dans votre jardin.

Les ennemis naturels des pucerons, les « auxiliaires » du jardinier, sont effectivement nombreux (une coccinelle peut manger jusqu’à 100 pucerons dans la même journée !). Hélas, malgré leur efficacité indéniable, ils ont parfois du mal à juguler le développement exponentiel des populations lorsque les conditions climatiques sont favorables (les pucerons sont en activité dès que la température atteint 5°C alors que les auxiliaires ont besoin d’au moins 10 à 15°C).

Mieux vaut donc donner un petit coup de main à la nature avant qu’ils n’affaiblissent la plante et ne transmettent à vos plantes de désagréables maladies virales et provoquent la formation de fumagine. Vaporisez les feuilles à l’aide d’un produit biologique prêt à l’emploi et vous serez rapidement débarrassé des pucerons.

zevenblad

Cette mauvaise herbe qui se mange !

Certaines mauvaises herbes sont parfois trop envahissantes. C’est le cas de l’herbe aux goutteux, qui prend un réel plaisir à se « balader » dans votre jardin … Autrefois cette plante était utilisée pour soigner la goutte. Mais saviez-vous que l’herbe aux goutteux constitue un délicieux légume, au goût intermédiaire entre l’épinard et l’oseille ? Qu’une fois cuites, ses petites feuilles s’intègrent parfaitement au pesto d’une quiche ? Et mieux encore, que si vous en mangez suffisamment, vous arriverez parfaitement à en contenir la prolifération ? Car s’il y a une chose que l’herbe aux goutteux déteste, c’est que vous la coupiez ou la fauchiez. Voilà qui est bon à savoir.